Choses à savoir avant d’organiser un road trip en Alaska

Choses à savoir avant d’organiser un road trip en Alaska

Il y a des destinations qui nous ont toujours appelés, comme si on les avait imprimés dans leur ADN, des rêves qui se cultivent au fil des années et qui peut-être, enfin, un jour, ils pourront se réaliser. Mais il y a aussi des voyages et des destinations inattendus qui viennent vous chercher quand vous vous y attendez le moins.

Un voyage itinérant en voiture sur les routes d’Alaska, ce n’est pas quelque chose qui s’improvise. Ce n’est pas un de ces voyages que vous dites « D’accord, je prends le vol et puis pendant que je suis dans l’avion je lis dans le guide ce qu’il faut voir ». Hélas non: aller en Alaska, ce n’est pas comme y aller Asie du sud est où vous pouvez facilement sortir de la manchette et vous laisser guider par l’inspiration du moment.

1. Étudier est un must

L’Alaska a quelques très longues routes, cela peut prendre voyages longs et exigeants – au sens propre hors de ce monde – et c’est une terre vaste et sauvage. Bien qu’il n’offre pas de villes d’art ou d’attractions culturelles majeures, il a beaucoup à offrir en termes de nature, d’exploration et d’activités de plein air. La première étape consiste donc à construire un itinéraire sur mesure en choisissant soigneusement et à temps ce que vous voulez voir, en vous informant bien.

Construire un itinéraire peut être compliqué: certains endroits ne sont souvent accessibles que par bateau ou par avion (par exemple sa capitale elle-même, Juneau, n’est pas reliée par voie terrestre au territoire nord de l’Alaska), les routes sont limitées, parfois non goudronnées et nécessitent donc une attention particulière. à la conduite, l’expérience et de préférence des étapes pas trop longues.

2. L’Alaska n’est pas un pays pour voyageur solo

On conseillerait à quelqu’un de ne pas voyager seul en Alaska: à la fois pour une raison économique (voir ci-dessous), et pour un problème de sécurité: faire un sur la route en Alaska, il s’agit souvent de parcourir des kilomètres et des kilomètres en voiture au milieu de nulle part, dans la nature, où il n’est pas nécessaire d’être amusant d’être seul en cas de panne ou de maladie. Dernier point mais non le moindre, le facteur social: en Alaska, il n’est pas facile de trouver des auberges où se faire des amis ou socialiser.

Pour ceux qui ressentent vraiment l’appel de s’aventurer seuls en Alaska, une bonne solution peut être celle du train (leChemin de fer de l’Alaska): vous pouvez passer de Ancrage jusqu’à Fairbanks (nord) avec des arrêts à Talkeetna est dans le Parc Denali ou vous pouvez continuer vers le sud, atteignant Seward, dans la péninsule de Kenai.

3. L’Alaska n’est pas une destination économique

Voyager en Alaska nécessite un budget moyen-élevé: comme presque toutes les « destinations nordiques », ce n’est pas une destination bon marché. La location de voiture est chère (heureusement, l’essence ne l’est pas), le coût de la vie est tout aussi cher que la plupart des hébergements.

Cependant, il existe quelques astuces utiles à sauvegarder:

  • Voyager en groupe: quatre d’entre nous ont voyagé et cela nous a permis de réduire considérablement le coût de la location de voiture; de nombreuses chambres d’hôtel et de nombreuses cabine elles sont structurées comme des chambres quadruples (chambres doubles avec deux lits simples et demi), donc dormir dans quatre réduit les coûts;
  • Choisissez une période basse saison: déjà en septembre, les locations de voitures réduisent les prix d’un bon% par rapport aux tarifs d’été complets;
  • Shopping au supermarché: dans les campings mais aussi dans certains hôtels / chambres d’hôtes, il y a une kitchenette, des cuisines communes ou des barbecues où vous pouvez cuisiner librement; la principale pierre d’achoppement reste uniquement de trouver quelque chose de comestible dans les supermarchés américains
  • Dormir dans une tente et / ou en camping: si vous vous adaptez facilement et que les températures basses ne sont pas un problème pour vous, sachez qu’en fin de saison il y a des campings disponibles gratuitement (oui vous avez bien lu, vous n’avez rien à payer).

4. La location de voiture doit être bien évaluée

Le la location de voiture n’est pas quelque chose à négliger ou à aménager une fois arrivé sur place: le choix de la voiture est fondamental, surtout s’il s’agit de s’aventurer dans un sur la route en Alaska. Notre conseil est de bien comparer les offres des différentes entreprises, de choisir un véhicule robuste, confortable et spacieux (l’idéal est au moins un SUV standard), en évaluant toujours ce qui est inclus dans le prix et ce qui ne l’est pas: comparer les propositions de nombreuses J’ai réalisé que le coût de l’assurance n’était souvent pas inclus (Kasco et RCA sont souvent des dépenses distinctes), que de nombreuses entreprises autorisent un kilométrage limité par jour et que beaucoup interdisent de voyager sur des routes non pavées (même sur la location de voiture, il y aura un poste de).

Autres choses que vous avez apprises: louer une voiture au centre-ville d’Anchorage est moins cher que de louer directement à l’aéroport (une taxe moins élevée s’applique), rendre la voiture dans une ville différente peut être beaucoup, beaucoup plus cher.

5. La période compte

La période recommandée pour se rendre en Alaska, celle où les températures sont les plus douces, les hôtels et les voyagistes sont tous opérationnels, etc. c’est ce qui se passe de juin à août. J’ai eu l’opportunité de m’y rendre en septembre, période de transition entre été et hiver, et malgré quelques perplexités initiales, le voyage s’est tout de même très bien passé, même si nous avons dû faire quelques petits ajustements à notre itinéraire:

  • En septembre certains hôtels peuvent déjà être fermés: à McCarthy, dans le parc de Wrangell St. Elias, nous avons trouvé un seul terrain de camping ouvert);
  • De nombreuses agences qui organisent tour en bateau ou en avion ils ferment déjà en septembre: nous avons réussi à prendre l’avion depuis Talkeetna mais à Kenai tout était pratiquement fermé;
  • Le un service de traversier est suspendu: je rêvais de prendre le ferry de Valdez à Whittier en chargeant la voiture, mais j’ai découvert que le service était fermé deux jours avant notre arrivée (le trajet en voiture était encore très panoramique).

Un autre détail le conditions météorologiques: à Denali le service de bus ferme vers la mi-septembre et dans tous les cas est suspendu avec l’arrivée de la neige; une fois qu’il neige, les routes ne sont plus viables.

6. N’oubliez jamais de faire le plein

Chez nous, nous avons l’habitude de voyager sans jamais trop faire attention au niveau de carburant: si la voiture entre en réserve, vous pouvez facilement trouver une station-service au coin de la rue. Ici, en Alaska non.

En terre d’Alaska, il peut arriver de parcourir un nombre infini de kilomètres sans se heurter à des stations-service ou, s’il y en a et que nous parlons d’endroits très éloignés, l’essence peut être beaucoup plus chère (sur le chemin du cercle polaire arctique, nous avons trouvé le dernier près du pont du Yukon, où l’essence coûte trois fois le prix normal). Alors il vaut toujours mieux être prévoyant 😉

7. Un animal peut traverser votre rue quand vous vous y attendez le moins

La nature en Alaska est débridée et sauvage, y compris la faune. Toutes sortes d’animaux ont traversé la route: des écureuils aux perdrix, en passant par un loup (qui passait devant nous trottant comme un chien en plein jour) jusqu’à un nocturne rencontre avec un énorme orignal (que Dieu merci a décidé de traverser quelques secondes avant l’arrivée de notre voiture).

Post Comment